dimanche 7 décembre 2014

Le Pangio kuhlii (Kuhli) ou serpent d'eau douce

Ce très long poisson qui ressemble à une anguille ou à un serpent noir zébré de blanc est un vrai pacifiste: il se contente de fuir lorsqu'il est dérangé, et ne sort que lorsque les autres poissons ne sont pas là. Il aime frétiller avec les autres poissons de son espèce au fond du bac et apprécie un sable et fin et de nombreuses cachettes. Même s'il trouve généralement de quoi se nourrir en fouillant le fond du bac, il apprécie que quelques paillettes tombent jusqu'à lui au fond de l'aquarium. Des feuilles de chêne passées au micro-onde lui fournissent un support lisse sur lequel il aime se poser, de même que quelques racines larges. Très grégaires, ces poissons doivent être maintenus en groupe. La reproduction est possible mais difficile.

Otocinclus affinis (Macrotocinclus affinis)

Ce poisson est le bienvenu dans les aquariums. Un petit groupe de ces Otocinclus affinis a rejoint mon bac de 100L et s'active déjà à dévorer les algues vertes molles qui les recouvraient hier encore. Ce faisant, ils améliorent la photosynthèse des plantes, ce qui peut les aider à mieux pousser... Même s'ils sont moins efficaces que des ancistrus et qu'ils ne mangent pas les algues filamenteuses ni les algues en pinceaux, ils n'en restent pas moins intéressant à observer et ne deviennent pas aussi gros ! Malheureusement, la reproduction est probablement impossible en bac communautaire... il est en plus difficile de distinguer les différentes sexes. Mais bon, les plantes sont nettoyées et on se partage désormais le nettoyage des vitres de l'aquarium, donc tout va bien !

Apistogramma viejita, un cichlidé nain

Le roi de l'aquarium ne se fait pas prier pour être pris en photo, toutes nageoires dehors, il montre qu'il est gros, plein de caroténoïdes, et qu'il vaut mieux ne pas l'embêter sous peine d'y laisser des écailles. Malgré ces démonstrations de force lorsqu'ils croise les autres gros poissons de l'aquarium (ce qui inclue un coupe de Colisa lalia et une femelle d'Apistogramma viejita), il est relativement pacifique et n'a jamais mordu personne...
Pour lui fournir de quoi produire de belles couleurs, le menu se compose en entrée de chironomes bien rouge et vivants (parfois des morts congelés quand la mare n'en fournit plus assez), de daphnies, copépodes, larves de moustiques et de chaoboridés, de paillettes et granulés du commerce et de divers fruits et légumes (bien qu'il n'en soit pas particulièrement friand). Le sable de l'aquarium est un peu gros pour lui, mais il arrive tout de même à l'avaler à la recherche de quelque larve qui se serait égarée, avant de le recracher par les ouïes. Il creuse un peu pour agrandir ses nombreuses cachettes disposées un peu partout dans l'aquarium, et aime se faufiler entre les plantes et les racines. Un aquarium bien planté et rempli de cachettes semi-enterrées, avec du sable très fin, est un vrai plus pour les Apistogramma. Nos amis d'aquabase recommandent une chaude température de 28°c pour la reproduction, qui est à modérer en fonction des autres poissons du bac... L'eau doit être acide (entre 5 et 6.5) même s'il est relativement tolérant. Pour ça, ses cachettes ont été recouvertes de feuilles de chêne passées au micro-onde. La différence entre mâle et femelle est en réalité loin d'être évidente, surtout lorsque les individus sont jeunes...